Negima ! Mahora Legends !

Rejoignez le forum de Negima ! RPG et devenez un(e) puissant(e) magicien(ne) ou un(e) grand(e) guerrier (ère) ! Entre cours, histoires d'amour et duels de magies, entrez dans la légende !
 
AccueilFAQRechercherMembresGroupesS'enregistrerConnexion

Partagez | 
 

 Je donne un E, un I, un K, un O, EIKO... (Non je ne suis pas pom-pom girl ;))

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Invité
Invité



MessageSujet: Je donne un E, un I, un K, un O, EIKO... (Non je ne suis pas pom-pom girl ;))   Ven 17 Juin - 18:23

Mon personnage :


Nom : Kazehime
Prénom :Eiko
Age :15
Année scolaire ou professeur : Professeur

Physique ( minimum 4 lignes ) :Eiko, est une jeune fille de 1m 80 pour 58kg. Elle a des cheveux roux et des yeux oranges [oui , c’est un peu étrange mais bon…], elle a un teint très pâle. Ses cheveux sont coupés court et elle a une frange, elle porte généralement un serre-tête rouge ou dans des couleurs semblables. Son visage est toujours souriant et cela trompe énormément certaines personnes, à contrario lorsqu’elle est énervée les gens ont tendance à s’éloigner le plus possible [oui, elle fait vraiment peur… certaines personnes peuvent témoigner…] . Elle possède des dents pointues c’est pourquoi elle évite d’ouvrir la bouche pour sourire. Très féminine elle aime porter les ongles longs et manucurée lorsqu’elle le peut. C’est jambes sont très longues mais cela ne l’empêche pas de porter des talons car malgré sa grande taille, elle souffre d’un énorme complexe d’infériorité. Elle possède de nombreux pansements et autres bandages qui témoigne de sa maladresse excessive ! Elle se bat avec deux katanas au bout de l’un se trouve un flamme et au bout de l’autre une goutte d’eau[au niveau des poignées, mais est-il utile de le préciser ?]. Elle les porte à la hanche l’un en dessous de l’autre, bien qu’elle ai trouvé cela très inconfortable au début elle a finit par s’y habituer et ne les quitte presque pas. En plus de ses katanas elle possède sur elle, divers instruments de torture dont une pelle à tarte [oui, cet objet correctement utilisé peut s’avérer très efficace… Si, si j’vous jure !], la plupart (des objets) sont logés dans le sac à bandoulière orné d’une croix rouge, dont elle ne se sépare quasiment jamais. Plutôt mignonne, elle met ses atouts et ses défauts en valeurs (oui, elle complexe énormément sur la taille de sa poitrine) en portant très souvent des tenues laissant apercevoir la naissance de ses seins ainsi que des robes/jupes assez courtes et laissant découvrir son nombril ( les hauts, pas les jupes !). Elle porte peu de pantalons qu’elle trouve plutôt inconfortables, les shorts lui conviennent mieux bien qu’elle leur préfère tout ce qui n’a pas d’entrejambe. Elle porte peu de couleur sombres qui lui font un teint encore plus pâle, en revanche elle porte énormément de rouge, bordeaux, et autres couleurs chaudes. Enfin, elle porte un long pendentif ornée d’une pierre rouge-orangée que lui à léguée son maître.

Caractère ( minimum 4 lignes ) :La maladresse dont Eiko fait preuve chaque jour est une partie intégrante d’elle même. Cela vient sûrement du fait qu’elle a un besoin irrépressible de se faire remarquer et d’attirer l’attention sur elle. Malgré ça elle hait plus que tout au monde, son charisme excessif. Elle a absolument besoin d’affection, ce dont elle a cruellement manqué durant les premières années de sa vie. La seule raison qui fait qu’elle garde constamment un visage souriant est sa meilleure amie qu’elle considère comme sa propre sœur, puisqu’elle lui donne toute l’affection dont Eiko a besoin voir même plus… Cependant, cela fait 2 ans qu’elle ne se sont pas vue, séparée d’un commun accord elles ne se sont pas revues depuis. Elle aime se lier avec les gens mais ne leur accorde qu’une confiance limitée . Elle est tellement bornée que le seul fait d’admettre qu’elle a tort la fait frémir, et elle ne le supporte pas. Même si elle sait reconnaître ses erreurs, elle ne l’avouera jamais, et préfèrera amener l’autre à croire en son erreur puis en glissant subtilement la bonne solution faisant, alors, croire que c’est elle le génie ! Eiko a appris la magie avec son maître, elle est particulièrement douée pour les sort de soins ainsi que pour les sorts liés au feu (oui, c’est un pyromane dans l’âme !). Cependant elle adore, lorsque son amie joue avec l’eau car elle trouve que lorsqu’il y a du soleil « ça ressemble à des petits diamants ». Elle se met parfois en danger volontairement pour faire monter son adrénaline (masochiste ?). Son maître l’a élevée dans l’adoration de la nature, elle ne ferait donc pour rien au monde de mal à un arbre qu’elle considère comme un être vivant à part entière…Ce qui n’est pas forcément le cas pour toute les personnes qu’elle rencontre. Sinon niveau alimentation elle adore les sucreries et ne grossi pas d'un poil ! Bref, elle ne sait pas ce qu’elle veut, c’est une emmerdeuse et elle est fière d’elle !

Histoire ( minimum 8 lignes ) :La pièce était sombre et froide. Le vent au dehors sifflait entre les arbre et faisait craquer les branche, la tempête faisait rage. Je me trouvait sous le canapé, j’avais peur et je chuchotais si bas que même moi j’arrivais a peine à m’entendre. Soudain, la porte se fracassa sur le sol de la pièce d’a côté, me faisant sursauter sous mon canapé. Deux yeux rouge entrèrent dans le vestibule par la porte qui séparait le salon de la pièce d’à côté je pouvais apercevoir le crane d’où poussait une rose, gravée au fer rouge, sur son bras gauche, A travers le torse de la créature, recouvert d’une peau transparente, je pouvais voir quelque chose qui semblait battre… Alors que la bête repartait, tandis que je m’apprêtais à reprendre mon souffle, une voix retentit dans l’escalier… tout près de moi , une voix douce et fluette : « Eiko ? Où tu es ? ». Je voyais que l’odeur du sang montait à la tête de cette monstruosité, je l’ai vu devenir fou , j’ai sentis que la chair fraîche le rendait fou. J’ai voulu bouger, m’interposer. Rien à faire j’étais comme pétrifié et je sanglotais en silence. Puis un cri, un cri horrible, un cri strident, un cri comme j’en avais jamais entendu. Et pour finir la couleur du sang partout, sur les murs, sur les sols, sur les meubles, sur… moi. La créature est repartie. J’ai compris que ça avait été la dernière fois que j’entendais la voix fluette de mon petit frère. Il me l’avait pris et je ne me rendais pas encore compte qu’en plus de me l’avoir pris, lui, il me prenait aussi ma vie. Je suis restée sous ce canapé, jusqu’à ce que mes parents arrivent. Je les ai entendus courir dans les flaques, je les ai entendus hurler en passant le seuil de la porte arraché, je les ai entendus crier son nom. Moi je pleurais. Mes parents ont parus se souvenir de moi. Ils m’ont sortie de ma cachette et pris de colère, ils m’ont frappé. Enfin, mon père m’a frappé. Ma mère, elle, pleurait. Elle ne m’as pas adressé un seul regard. J’ai fini par comprendre… C’est moi qu’ils accusait. C’était moi la coupable. J’ai essayer de leur expliquer, mais ils n’ont rien voulu entendre. Il s m’ont chassé de mon chez moi, ils m’ont chassée sans même m’écouter. Ils m’ont fait quitter, l’endroit où j’ai passé les 5 premières années de ma vie, à coups de pieds. Ils ont condamné leur propre fille à la rue. Dehors la tempête s’était calmée et le soleil se levait paresseusement. J’ai erré deux semaines dans les rues de cette ville que je haïssais , maintenant, plus que tout. Les gamins de 9, 10, 11 ans me lançaient des pierres, Les plus vieux me crachaient dessus, les adultes se contentaient de me regarder de travers. J’ai voulu les détruire, et les écraser. Pour finir, j’ai décidé de me laisser mourir. Pendant des jours j’ai entendus les voix de mes parents et de tous ceux dont j’avais croisé la route, hanter ma tête : « Dégage, VA T’EN, Qu’est ce que tu as fait ?
Monstre, Dégage, Tueuse, C’est elle ?
TU N’ES PLUS ICI CHEZ TOI!»

Puis un homme s’est approché de moi. Un étranger , malgré mes forces descendues à un niveau tellement bas, que l’étranger se demandais comment j’arrivais encore à bouger, je me suis écartée. Il s’est rapproché: « Bois. » m’a t-il ordonné. Mon corps le voulait mais mon esprit refusait. On m’avait élevée dans la haine de ces êtres immondes… J’ai réfléchis un instant… Devais-je suivre leur éducation, après tout ne m’avait-il pas abandonné ? J’ai bu. Il m’a dit de venir avec lui, je ne sais pas si c’était un ordre ou une demande, en tout cas j’ai acquiescé. Il m’a pris dans sur ses épaules et a marché. Moi je me suis endormie, son rythme me berçait. Ce jour était le jour de ma revanche, c’est le jour où j’ai enterré ces 5 ans passés avec les mon peuple. Je m’en allais avec un de leurs pires ennemis. Je me suis endormie le sourire aux lèvres.
Nous nous sommes cachés les premiers jours, il pansait mes blessures, celles qui saignaient bien sur, mais aussi les autres, plus profondes. Je restais méfiante, lui patientait. Puis nous avons repris notre route afin de sortir du territoire. J’étais toujours sur son dos, sur le mien il y avait nos affaires. Nous avons fait attention à ce qu’ils ne nous découvre pas. Mais visiblement pas assez.
Les miens ont commencé à nous poursuivre. Un après-midi, alors que je m’étais endormie sur son dos, il m’a posé par terre, debout. Il a prit les affaires se trouvant sur mon dos. Et il m’a dit de courir. Il avait l’air inquiet. J’ai fait ce qu’il me disait. Il m’a prit par la main et m’a dit de courir plus vite. Je n’avais pas le rythme que la peur donne aux jambes. J’étouffais. J’ai regardé derrière moi… Mauvaise idée. Je n’aurais pas dû, j’ai trébuché. J’ai lâché sa main. Il s’est arrêté quelques mètres plus loin, m’a regardé puis s’est précipité vers moi et m’a prise dans ses bras. Il a couru, comme un fou. J’ai crié : « MAIS LAISSE MOI ICI, LAISSE MOI, SAUVE TOI !». C’était la première fois que je lui parlais. Il m’a regardé comme si j’avais dit une bêtise et a continué à courir. Nous sommes arrivé à la frontière quelques heures plus tard. Il s’est arrêté, a regardé nos poursuivants qui était encore assez loin, puis souriant comme un gamin, il a fait apparaître un bateau sur lequel nous sommes montés. Nous avons quitté mon village afin de rejoindre le port portail, de là nous sommes partis sur terre.
Je n’avais pas parlé depuis notre fuite. Lui non plus. Cependant arrivés sur Terre, sa langue s’est dénouée. « Je pensais que tu ne parlais pas» A ce moment là, moi j’ai pensé qu’il était déb… pas complètement fini. Je l’ai regardé avec des yeux écarquillés. Il a reprit : « Enfin si tu parles évite de dire des imbécillités » Il m’a sermonné durant une demi-heure, me disant que si il m’avait sauvé ce n’était pour me laisser me demerd… me débrouiller toute seule après. Pour finir il m’a dit que je ne devait plus jamais lui dire de m’abandonner. Je l’ai écouté pendant tout son monologue, à la fin je me suis levé et j’ai passé mes bras autour de son cou tandis qu’il était accroupi afin de se mettre à ma hauteur, les yeux dans les yeux, j’ai posé ma tête sur son épaule et lui ai soufflé un mot à l’oreille : « Merci » Avec lui je recommençais à zéro. En fait je voulais qu’il me protège. Il m’a pris dans ses bras et j’ai su que je pouvais lui faire confiance. Nous nous sommes découvert petit à petit. Pas à pas. A commencer par nos prénoms. Cela peut paraître bête mais aucun de nous n’avait pensé au prénom de l’autre. Un jour je suis arrivée vers lui et je lui ai demandé : « Comment tu t’appelles ? » Il a ouvert des yeux ronds comme des soucoupes et s’est frappé le front avec le plat de sa main : « Quel imbécile ! » Je partais vexée quand il m’a rappelé : «
-Non, c’est moi que je traitais d’imbécile, choupinette !
-Moi c’est Eiko, pas Choupinette.
–Moi c’est Jillian mais tu peux m’appeler Maître
, fit-il avec un aplomb étonnant » Du haut de mes 5 ans et demi je lui ai répondu : « Bon… »
Il m’a dit plus tard, en pouffant et après que je l’ai appelé « Maître » une bonne centaine de fois que je le faisait rire et que c’était Jill son surnom. Oui, j’étais un peu lente.
Les années qui ont suivies, il m’a appris la magie, l’amour de la nature, différentes langues, la confiance aussi. Le jour de mes 7 ans, il m’a offert un collier au bout duquel se balançait une jolie pierre orange. Je m’extasiais encore sur la pierre quand il m’a dit de ne m’en séparer sous aucun prétexte. Ce jour là, il m’a aussi annoncé qu’il était très malade. Il m’a aussi promis qu’il resterait avec moi, autant qu’il le pourrait. C’est pourquoi j’ai commencé à travailler les sorts de guérisons, intensément, afin de trouver ce qui pourrait le guérir. J’étudiais en cachette mais je reste persuadée qu’il savait.
Et puis l’année de mes neuf ans, Lei est arrivée. Nous étions dans une forêt d’Hokkaidô au Japon quand quelqu’un a traversé le périmètre de détection de Jill. Sur ses gardes, il a activé sa magie. Discrètement et tout en continuant de manger j’ai fait de même. Pour ne pas éveillé les soupçons de la personne, le Maître s’est tourné vers moi. Et lorsqu’elle fut assez près, il se retourna dans sa direction. La petite fille a sursauté, s’est retourné et s’est mise à courir. Jill s'est téléporté et est arrivé devant la fillette qui s’est stoppé net en le voyant. Il l’a attrapé, la voyant terrifiée j’ai dit à Jill :
« - Je crois que tu lui fais mal et qu’elle a faim. »
Il vint jusqu’à moi tenant toujours la fillette, elle devait avoir mon âge, mais ses formes commençaient à se dessiner. Elle avait des cheveux bruns et de grands yeux vert avec un teint halé, je l’enviait. Jill lui a demandé son prénom. Mais elle ne comprenait pas, alors en soupirant il a incanté, afin que tout le monde se comprenne. Puis il a reposé une question :
« Qui est-tu? Comment t'appelles-tu et que fais tu ici?»
Voyant qu’elle ne savait pas du tout comment elle en était arrivée là, j’ai pris la parole pour la première fois depuis le début :
« Moi, je m’appelle Eiko, lui, c’est mon Maître Jillian. Et toi ? »
Elle a marmonné « Lei » puis son ventre a gargouillé, je lui ai tendu mon écuelle et tout en lui souriant je lui ai dit de manger. Elle ne devait pas avoir mangé depuis plusieurs jour, car elle ne s’est posé aucune question. En revanche elle a répondu aux nôtres, des banalités. Nous sommes devenues amies. Elle avait 10 ans.

Trois ans plus tard, Lei, Jill et moi avons vu des hommes débarquer, nous campions pour la nuit, nous ne les avions pas sentis arriver. Ils étaient six et sur eux une tête de mort pourpre d’où sortait une rose noire. Ils m’ont attaqué. Je me suis souvenue de ce soir que j’aurais voulu effacer de ma mémoire. J’ai vu la peur dans les yeux de Lei lorsque je suis tombé à terre. Le Maître s’est interposé, il en tué quatre avant de s’effondrer, je savais pourquoi. Et soudain toute la rage que je contenais en moi depuis des années est sortie, j’étais comme une furie, Lei et moi avons terrassé les deux derniers. Je me suis précipitée sur le Maître j’ai essayé de le sauver, mais c’était trop tard . J’ai pleuré, beaucoup pleuré. Lei aussi. Nous sommes restés ensemble après avoir enterré le maître dans l’un des endroits qu’il préférait. Je lui en ai voulu tellement, pourtant je savais que ce n’était pas sa faute. Cette sale maladie, c’était elle la fautive. Je me suis jurer de continuer à étudier, pour trouver un remède, continuer à étudier pour devenir plus fort. Continuer à étudier afin de savoir pourquoi ces personnes nous en voulais, pourquoi elles les avaient tué et enfin me venger. Un an après j’ai dit à Lei que l’on devait se séparer afin de progresser. Elle a protesté… Elle disait qu’à deux on était plus forte, qu’on ne s’en sortirais jamais seules, chacune de notre côté. Elle ne voulait pas me perdre moi aussi, elle avait déjà tellement perdu. Moi non plus je ne voulais pas mais il le fallait. Je lui ai souris, je lui ai promis qu’on se retrouverais. Mais qu’entre temps on devait rester en vie quoi qu’il en coûte. J’avais les arguments. Nous nous sommes séparées. Depuis je suis à l'école Mahora, et au vu de mes connaissance illimitée (hum, hum...) je suis devenue professeur de part la demande directe du proviseur. (èwé)

Code :VALIDE by A-Chan ! \o/


Moi ( partie non obligatoire ) :

Prénom :Ahahahahahahahahahahaha (<===rire sadique)
Age :17
A-tu déjà fait du rp ? : un chouia
Comment as-tu connu le forum ? :chatbox....
Connais-tu la série ? :OUIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIII <3
Des commentaires ? ^^ :humpf... il me semble que j'ai une ÉNORME faute cachée dans ma prez mais je n'arrive plus à la retrouver...
Revenir en haut Aller en bas
Miu Ishikawa
Administratrice armée
Administratrice armée
avatar

Messages : 128
Date d'inscription : 17/01/2011
Age : 22
Localisation : avec mon katana o/
Année d'étude de votre perso( 5ème, etc ) : 2nde
Partenaire(s) : Nope =p

MessageSujet: Re: Je donne un E, un I, un K, un O, EIKO... (Non je ne suis pas pom-pom girl ;))   Ven 17 Juin - 19:01

Coucou et Bienvenue parmi nous Eiko. Code validé également.
Je pense qu'au vue des textes tu pourras être validée avec approbation des autres admins.

_________________



/! Présente seulement les week-end ♪
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Je donne un E, un I, un K, un O, EIKO... (Non je ne suis pas pom-pom girl ;))   Ven 17 Juin - 20:25

Merci beaucoup...
Mmmmmh au fait il me semble avoir oublié de préciser qu'Eiko utilisait beaucoup la magie, d'ailleurs elle combat avec ses katanas en même temps... Enfin bref... flower <=== * ou comment finir sa phrase sans l'avoir réellement finie!*
Revenir en haut Aller en bas
Arren Sora
Fondateur
Fondateur
avatar

Messages : 491
Date d'inscription : 16/01/2011
Age : 19
Localisation : La tête dans un manga, la plupart du temps
Année d'étude de votre perso( 5ème, etc ) : 4ème
Partenaire(s) : Je suis en plein recrutement, même si ça va être dur si j'espère passer un Pactio...

MessageSujet: Re: Je donne un E, un I, un K, un O, EIKO... (Non je ne suis pas pom-pom girl ;))   Sam 18 Juin - 17:29

Je pense que tu le sais déjà, mais...

PREZ GENIALE !

J'adore, enfin une habitante du Mundus Magicus ! ^^

Ah, oui et Bienvenu !

Juste deux p'tits problèmes que je sort comme ça pour emm**** le monde :

1) J'ai pas trop compris quel étaient les créatures qui ont assassiné le frère de ton perso.... Est-ce un référence à des monstres de Negima! ou c'est complètement autre chose ?

2) Là, c'est vraiment pour emm**** le monde, mais il est impossible de faire surgir une chose comme un bateau du néant. Il peu par contre le construire en 5 secondes chrono avec simplement la nature autour de lui si c'est un grand mage....

Et je suis content d'avoir enfin un adversaire pour Arren, qui c'est spécialisé dans la glace... ( Alors qu'il a les cheveux rouges ? Oui, où est le problème ? ^^ )

Mais..... nous n'avons toujours pas de personnes du côté obscur de la force ! T-T ( A part Sayu et Arren qui peuvent basculer à tout moment.... )

Dernière chose :

Je suis pour le rang d'Apprenti. Avis du STAFF ? ^^

_________________

Feu et glace, ombre et lumière, chaos et ordre, guerre et paix, souffrance et bonheur, mort et vie, tout est lié.
Je ne connais pas ma destiné, mais j'avance, car tel est mon but.



Lisez cinq Love Hina ou Negima! par jour pour gardez une santé saine !
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://negima-mahora-legend.forums-actifs.net
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Je donne un E, un I, un K, un O, EIKO... (Non je ne suis pas pom-pom girl ;))   Dim 19 Juin - 17:37

Pour les monstres et bien c'est complètement autre chose et enfin pour le bateau... disons que du haut de ses 5ans Eiko l'a perçue comme une apparition, qui n'en était pas une! =D
Revenir en haut Aller en bas
Arren Sora
Fondateur
Fondateur
avatar

Messages : 491
Date d'inscription : 16/01/2011
Age : 19
Localisation : La tête dans un manga, la plupart du temps
Année d'étude de votre perso( 5ème, etc ) : 4ème
Partenaire(s) : Je suis en plein recrutement, même si ça va être dur si j'espère passer un Pactio...

MessageSujet: Re: Je donne un E, un I, un K, un O, EIKO... (Non je ne suis pas pom-pom girl ;))   Dim 19 Juin - 17:46

Ok, validé !

T'es prof de math, pas prof principal d'une classe pour le moment !

Rang : Apprenti !

Va mettre ta clé d'activation !

Bon Rp ! ^^

_________________

Feu et glace, ombre et lumière, chaos et ordre, guerre et paix, souffrance et bonheur, mort et vie, tout est lié.
Je ne connais pas ma destiné, mais j'avance, car tel est mon but.



Lisez cinq Love Hina ou Negima! par jour pour gardez une santé saine !
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://negima-mahora-legend.forums-actifs.net
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Je donne un E, un I, un K, un O, EIKO... (Non je ne suis pas pom-pom girl ;))   

Revenir en haut Aller en bas
 
Je donne un E, un I, un K, un O, EIKO... (Non je ne suis pas pom-pom girl ;))
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» L'injustice me donne envie de frapper. (Lily-Ana)
» l'âne qui donne l'heure
» L'Amour donne des ailes, mais aucune leçon de vol! [PV Saï]
» Donne caniche 3 mois et demi
» [Donne] Une table bar, avec deux chaises pliantes

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Negima ! Mahora Legends ! :: Présentations-
Sauter vers: